00:00|00:00
Profil (177)
Questions/Réponses (4)

Mon antre intemporelle.

Suivre
Malgré la barrière de l'eau, 
Mes mains déboulent sur la clairière de ta peau,
La frôle frénétiquement à en perdre pieds,
Jouant le rôle de la maladive de t'aimer.
Je suis tellement instable, je me rattache à l'amour, à en croire que j'aime trop fort.
Pourquoi tu n'arrivais même plus à parler pour me rassurer alors que je pleurais ? 
Je veux dessiner sur mon ingénue, 
Sans résister à l'ouverture de son corps,
Sillonner les creux et les bosses émue,
Perpétuer l'éclosion de désinvolture de touchers accords. 

Et la fumée de l'imagination, Alice,
À halluciner de cette infusion pure de délices.
And come on, just hold my fingers..
J'hallucine de tant de douceur. 
Ta salive est miel. 
Ta bouche assassine, nuage enjoleur,
La dérive avant d'atteindre le rivage du ciel.
Je nage dans mon esprit, je viens en toucher les êtres l'habitant ainsi que ceux qui y éclosent. 
Je salue les souvenirs et je découvre l'éclat de mes émotions instantanées.
Dis moi ça, répète moi ça encore et encore..
Nuitées à tout vouloir envoyer valser.
Arrête donc de me chiffonner comme une feuille qui aurait désiré rester arbre.
Puisque les couleurs de mes actes sont aussi intenses que l'amour que je te voue.
Ta bouche s'ouvre en même temps que tes bras à moi.
Aspiration du sauvage, après avoir bu le vagabond breuvage.
Plume, jolie plume étouffée dans le bocal d'une idée.
Éclair d'inspiration, comme la foudre et la pluie, tu es joliment libérateur..
Ainsi, même ton parfum se fane, je me perds dans l'essai d'y retrouver toutes ses nuances,
A l'aide de mes simples petits bouts vagabonds de souvenirs.
Et tout est soudainement désert dans mon âme, le simple manque y éclaire les vagues restantes.
Et parmi toutes ces clés humaines du monde, j'ai trouvé la mienne en toi.
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9