00:00|00:00
Profil (75)
Questions/Réponses (0)

not enough

Suivre
" Ce n'est qu'une fois face au vide, ce vide qui m'est familier, que je réalisais. 
Il avait beau être un simple humain, il restait la créature que je voulais à mes cotés. 
Plus j'en découvrais et plus j'en voulais.
Par dessus tout: il avait beau être un simple humain, il restait douloureusement inaccessible. "
Plus que tout, je veux t'atteindre.
Je n'ai jamais rien désiré à ce point. 
Il y a 3 ans de cela, tu entrais dans ma vie, pour la chambouler comme jamais. 
Tu me manques, tellement.
Aujourd'hui, je peux enfin dire que je t'effleure du bout des doigts.
Tu as gardé mon coeur,



Tokyo.
Putain, c'est dingue à quel point j'ai mal quand t'es loin de moi. Tu me manques. J'ai l'impression d'en crever petit à petit.
"Je te connais.
Et ce visage m'inspire beaucoup.
Surtout quand on a la connaissance que j'ai de toi.

Je te connais pas que par tes paroles ou tes actes mais aussi par les musique que tu adores, que tu aimes et que tu aimes moins; à la manière dont tu réagis à des choses qui touchent directement l'âme.
Et. Quand je vois cette bouille, que derrière je me rappelle de tout ce que je connais de toi, je me dis merde.
Je me dis que j'ai rencontré une fille extraordinaire dans les deux sens: celui de pas ordinaire et de extra. Une fille qui a réussi à m'inspirer certaines choses, qui a su faire émerger en moi une pluralité de ressentiments et d'émotions. De par plusieurs choses: la manière dont tu lâches rien. Oui, là, on s'est bien trouvé.
Ton ambition. Là aussi, pareil. Ta magnifique capacité a t'en battre les ovaires. Et. Et ton intelligence. 
Et quand tout au long de ce temps où j'ai appris à te connaître, j'ai réalisé ces choses, je me suis dis la même chose que quand j'ai vu mon bassiste, ma chanteuse, mon batteur et ma tronche dans un miroir: merde tu vas aller loin. Et putain comment j'en suis sur. 

Quoi qu'il ait pu se passer dans ta vie et quoi qu'il se passera, n'oublie pas que tu es hors du commun, que tu as un avenir qui lui aussi est hors du commun à honorer: que tu dois exister." M.
C'est drôle de voir que j'avais l'impression que ma place n'était pas ici en arrivant.
C'est drôle de voir qu'aujourd'hui, j'ai l'impression que ma place n'est pas là où je vais devoir rentrer.

C'est triste de voir que ma place n'est nulle part où je peux être.
" [...] Si ça arrive. Sinon, j'aurais juste été une pauvre meuf qui courait derrière un truc qui n'existait même pas. 
-C'est bien de prendre conscience des choses qui n'existent pas afin de tout faire pour saisir les trucs qui existent réellement. "

Je ne sais même pas si j'en ai envie. Si j'ai envie de ce qui existe réellement.
Sous la surface de cette gerbante vérité, je ris à gorge déployée.
Je suis tellement écœuré 
Ça redevient fou
Mon esprit.


Si je pouvais le voir de ton côté ... le sens de la vie ?
Finalement ce n'était pas moi que tu aimais.
C'était juste ce fichu masque que je commence à briser.
' Jusqu'à ce que cette obscurité disparaisse...

J'écris ton nom dans le ciel. '
Ecoute mon lourd silence couler tranquillement.

" Tu n'étais qu'un rêve auquel je m'accroche "
" Ne voyons-nous pas que l'homme ne sait pas
Ce qu'il veut, et qu'il est toujours en quête,
Qu'il change de lieu comme pour se débarasser d'un fardeau. " Lucrèce.
" Mes yeux reflètent ton image. 
Même si le jour où je te perdrai de vue arrivera sûrement 
Tu resteras devant mes yeux. "
L'ancien "toi" est mort. L'ancien "moi" est mort. 
Alors "nous" est mort avec eux.
Tout ce qui m'arrive, tout ce qui me tombe dessus... C'est tellement beau que j'en ai peur. 
Peur que ce rêve ne soit qu'illusion. 
Je suis une froussarde.
 " Le fil qui nous reliait n'était apparemment pas assez long pour 9.452,81 km. "
La distance.

Elle en fortifie beaucoup, mais a brisé celle qui était la plus belle.
A notre amitié fanée.
" - C'est à partir de quel moment que tu t'es dis "mh. elle est intéressante finalement." ?

- Quand j'ai compris que tout ce que tu avais n'était pas un masque mais avait bien un sens pour toi. Quand j'ai vu que ton identité, si spéciale soit-elle, n'était pas que pour faire chier. En fait j'avais des préjugés sur les gens qui veulent être différents. Je les ai encore. Je me disais; "Encore une qui fait la différente pour faire chier le monde, faire genre qu'elle est spéciale et inapprochable parce que "au dessus" et qui essaie de faire ça pour se donner un genre". Mais j'ai vu que tout ça avait du sens pour toi, que ça te tenait à cœur.
Je t'ai parlé. Et j'ai réfléchis. Et j'ai pensé à toi souvent. Et je me suis dis que parmi les fausses différentes, tu étais une vraie. Une qui en valait la peine. " M.

Merci.


1 | 2 | 3 | 4