00:00|00:00
Profil (30)
Questions/Réponses (0)

"Hold on to me and never let me go"

Suivre
Tout tourne en boucle dans ma tête. J'aimerai vraiment que tout s'arrête. Mon cœur saigne et c'est de plus en plus dur de le cacher. J'ai tellement mal que j'ai du mal à dormir, tellement mal que c'est un effort de sourire. Pourtant au fond de moi je rêve que tu reviennes.
Pendant que les gens rentrent chez eux manger je rentre aussi de mon côté mais uniquement pour pleurer.
Le seule remède que j'ai trouver et de m'occuper toute la journée pour éviter de penser, j'ai enchainé vidéos, séries, émissions, dormi toute l'après midi mais tout ne cesse de me revenir à la figure. 
Je n'arrête pas de pleurer depuis ce matin. Vraiment tu m'as fait mal. J'aimerai tout oublier mais j'y arrive pas. Tu étais ma seule attache je ne sais pas comment je vais faire sans toi. Je me sens salie, abandonnée et perdue. Tu es la seule personne à qui je pouvais tout raconter maintenant mon cœur souffre à cause de toi. J'avais sentie les choses arriver mais j'avais tellement d'espoir. Je hais ma vie. Je hais aimer de toute mes forces. 
Je me demande si c'est moi qui en demande trop ou on en a complètement rien à foutre de moi. J'ai enfin pu parlé à M résultat ? Zéro, rien, nada. "Je ne m'en rendais pas compte". Donc c'est moi qui suis folle ou c'est comment ? Si quelqu'un me disais que je lui avais fait du mal, même si c'était pas intentionnel j'aurai tout fait pour essayer de rassurer, de m'expliquer. Parfois j'aimerai mettre mon cœur sur pause pour arrêter de souffrir.
Dis-moi que tu m'aimes.
Ça fait déjà un mois et rien n’a réellement bougé. Je ne rêve que d'une chose c'est d'avancer... Ce n’est même pas une blague, j'en rêve littéralement ! Cette situation me tracasse tellement que j'ai rêvé avant hier nuit que tout se passait comme je le voulais, on était tellement heureux tous ensemble...
Pitié, dîtes-moi qu'il s'agissait d'un rêve prémonitoire, je n'attends que ça !
Qu'est ce que je devrais faire ? J'hésite énormément... (je luis écris, non je luis écris pas, bon allez faut qu'on en parle, je peux pas j'ai trop peur de sa réponse...etc) Honnêtement... je suis complètement perdue. D'un côté je n'ose pas parce que je me dis que s'il me dit que j'ai raison et que je me fais aucun film ce sera la fin. Mais en même temps si je lui en parle pas clairement je vais devoir continuer à vivre comme ça.
Il fait nuit et je cogite encore, quand est-ce que j'arrêterai d'avoir peur ?
Malgré tout le mal que tu as pu me faire sans t'en rendre compte, je ne peux pas m'empêcher de t'aimer. Je rêve que tu m'ouvres ton cœur comme tu as pu le faire auparavant, j'ai besoin d'être rassurée.  
Heureusement que je me suis reprise en main... personne ne serait venu à mon secours.
Tous les jours je me force à aller bien mais au bout d'un moment ça fatigue j'ai juste envie de disparaître de ce monde.
J'en ai marre d'être prise pour une conne. Trop bonne trop conne. Pourquoi s'obstiner à faire le bien quand tout le monde n'en a rien à cirer de ce que tu peux ressentir. 
Chaque jour de ma vie n'est qu'une déception de plus. Je me hais, je hais ma vie et cette supercherie de merde dans laquelle je vis. Je veux seulement que tout ça s'arrête.
Je suis si stupide putain. 
Je me sens comme le doudou que tu as laissé tomber de ton lit pendant la nuit. Celui que tu ramasses le matin ou seulement le soir. Celui que tu as oublié de serrer dans tes bras. Tu n'as pas fait attention, il est si petit tu ne l'as pas vu posé sur le sol face contre terre. C'est celui aussi que tu as envie de prendre dans tes bras quand tu es triste. Cette tendresse il en avait besoin la nuit dernière quand tu l'as laissé seul sur le sol froid. Il ne pouvait pas t'appeler lorsque tu l'as laissé tomber. C'est comme si un poids pesait sur mon cœur et qu'une main glacée scellait mes lèvres, impossible de parler ni de crier à l'aide. Prends-moi seulement dans tes bras et dis-moi que tout va bien.
Quand je repense à tout ce qu'on a vécu ensemble ça me fait mal de me dire que peut être que pour toi ça ne représente plus rien aujourd'hui. Depuis que tu es parti je ne nous sens plus aussi uni. J'ai juste besoin d'être rassurée, peut-être n'en-as-tu plus envie ? Ta présence est nécessaire à ma vie mais cela semble être à sens unique. Tes sentiments m'échappent et ça me pique. J'ai l'impression que tu m'as abandonné, regrette-tu ce qu'on s'est promis ? Tant de questions j'aimerai te poser mais tu manques d'attention. 
Parfois je me demande pourquoi je m'attache si facilement aux autres. On m'a déjà dit plusieurs fois que je suis moi-même attachante. Seulement, j'ai du mal à gérer... lorsque je me suis attachée à quelqu'un je considère qu'elle ou il fait partie de ma vie et bien souvent j'oublie que chacun est susceptible de prendre un chemin qui diffère du mien et... c'est là que le sentiment de vide apparaît.
Je me suis rarement sentie aussi seule. Bizarrement, c'est un sentiment très douloureux. Je n'aurai jamais cru me sentir triste à cause de la solitude car j'ai toujours adoré être seule. Aujourd'hui ce n'est pas pareil, j'ai toujours été solitaire mais tout a changé. Je sais qu'actuellement je n'ai presque personne sur qui compter. Moi aussi j'aimerai savoir ce que ça fait d'avoir de très bons amis proches. Avant, même si j'étais solitaire, je ne me sentais jamais seule. Je pensais avoir d'assez bonnes amies mais je me rends compte que je me trompais. Parfois, je me dis que c'est ma faute quant à d'autre moment je me dis que c'est mon trouble qui me gâche la vie... mais au final j'ai vraiment l'impression de ne pas tomber sur les bonnes personnes pour moi.
J'ai juste besoin d'une épaule sur laquelle pleurer, papa tu es trop occupé, pas là pour m'écouter. Maman tu as déjà beaucoup à supporter moi je n’ai pas le droit de craquer. Je dois tenir bon. J'ai l'impression que si je m'écroule tout pars avec moi. Si seulement je pouvais m'adresser à quelqu'un et juste tout déballer. Au lieu de ça, je joue l'indifférence avec mon sourire *(dégueulasse et stupide) collé aux lèvres. C'est pour vous que j'endure ça toute seule. Le seul fait de m'imaginer vous inquiéter pour moi alors que ça ne va déjà pas de votre côté me fait trop de peine. Je vous aime trop pour ça.

*Après avoir pleuré et relu mon message je me suis rappelée qu'une sans abri à qui j'ai donné quelques pièces aujourd'hui m'a remercié pour l'argent mais aussi et surtout pour le sourire que je lui ai adressé me disant que ça lui faisait du bien et plaisir. Eh bien à moi aussi, ça m'a fait quelque chose j’ai été sincèrement touchée et cela me fait du bien en cet instant précis. C'est elle que je remercie et à elle que je pense. Mon sourire n'est pas toujours stupide. S’il a le pouvoir de réchauffer le cœur je ne devrais pas le blâmer de n'être que de façade quand je vais mal si cela m'aide à aller mieux et plait aux gens. En tout cas, en y repensant mon sourire naturel est revenu comme quand j'ai rencontré cette dame. Merci à vous Madame je vous porte dans mes prières : que Dieu vous bénisse, vous protège et vous guide vers un chemin de vie stable et prospère, Amen.
1 | 2