Profil (61)
Questions/Réponses (28)

Rabotez-moi les os car je ne rentre pas dans mon propre cercueil. _________

Suivre
Mon père a comparé mes études — je fais un cursus de scénographie théâtrale — à celles de sa stagiaire qui a fait maths sup : « Elle au moins, elle ne joue pas à la poupée. »
Je me sens tellement, tellement, tellement mal, et ça dure encore et encore.
Je me suis isolé pendant très longtemps, et j’avais oublié à quel point les gens sont bêtes et méchants. 
https://blacklivesmatters.carrd.co/#
and you claim you have something to offer, something you call unique
but you did whispered it to him too
personne ne veut être celui qui crie sans raison immédiatement décelable comme un bébé pleure
je veux mourir à la seconde même où je n'aurais plus l'envie profonde et immuable de crier dans le vide
la chaleur est insupportable, l'air me colle sur la langue et les paupières
qu'est-ce que la lumière est étouffante, qu'est-ce que les corps semblent légers et inexistants
plus rien n'a de consistance, même la peur ne trouve aucune surface sur laquelle s'accrocher ; je crois que s'il m'arrivait quelque chose je mourrais instantanément sans avoir senti monter l'angoisse
je crois qu'en été la douleur n'existe plus
toi qui voit si clair dans l’obscur 
qui veut s’enflammer 
ma sœur m’envoie des vocaux chouinants : elle ne peut pas crier devant la play dans le salon puisque ma mère à côté est en train de préparer des rituels et des lectures énergétiques
ce décalage est vraiment caractéristique de l’ambiance chez mes parents
mes cartes sont en ce moment comme le prolongement de mes doigts
mon reflet dans le miroir me donne envie de me réduire en poussière
la force inexprimable avec laquelle Antonin Artaud m'a heurté en disant
moi j'y suis passé
et ne l'oublierai pas

sa voix d'apocalypse à la radio
ce qu'il y a de grandiose dans ces quelques mots