C’est alors que j’ai pour la première fois verbalisé ma difficulté, mon sentiment de rage, mon tourment... je l’ai regardé dans les yeux, les miens vides de tout maux, vides de colères et de joie, vides de la moindre émotion qu’on ait pu un jour définir ou bien nommer.
A ma grande surprise, elle m’a écouté attentivement, a bu mes paroles comme on boit de l’eau après une course à pied. 
« je suis fatigué, lui dit-il, fatigué de ce monde où nos sourires sont dissimulés par des tissus de papier et où l’on peut deviner le mépris et l’indifférence... »
Il se tenait la, envers et contre tout, droit comme une quille et pourtant fébrile comme un voile; essoufflé par ses propres convictions 
« je viens maintenant vous saluer, vous souhaiter bienvenue et bonaugure, et que dois-je recevoir en retour? Froideur, condescendance? Sans doute... » 
Il faut dire que c’était facile, où il était et d’où il venait, d’accorder grâce ou désarroi à celui qui ne répondait pas...
Car, oui, nous étions au XXIe, là où il était facile de faire des rencontres évasives, de se rassembler autour de qui collaborait la haine et l’ubris, là où tirer un coup avec un inconnu de petite vertu était accessible de tout et semblait même valorisant à l’égard du profil; car, oui, nous étions au XXIe. où l’on chérissait l’apparat plus que toute autre valeur, et dont cette dernière se mesurait aux likes et aux flammes sur Tinder.

« Je suis fatigué, madame... »
Cette fois, il semblait réellement éreinté. Il lâcha son cellulaire, qui fit un bruit sourd en tombant net au sol. 
« Un sourire, un regard, même un signe de la main... »
Il fit mime de lever le bras droit, puis reprit: « ... aurait pu nous ouvrir les portes du paradis. »

Remy, essaie encore, endors-toi, et renais des siècles alors. Alors, alors je compris.
Cette place n’était pas pour moi, elle n’était pas la mienne. Les fonctionnaires de l’ennuyeux et les travailleurs de l’anathème n’avaient pu remplacer chez moi les notions de ce qui rend envieux, et la prose est aussi laide que le destin lui-même.

Remy... lâche l’affaire.