Un ami, psychologue à temps partiel sans aucun diplôme et sans grande connaissance, m'a diagnostiqué un trouble de la personnalité narcissique. Ce n'est pas la première fois qu'on me dit que je « souffre » d'un tel trouble. Ce qui est bien drôle, c'est que je n'ai jamais cherché leur admiration. C'est vrai que lorsqu'ils parlent, j'y porte peu d'intérêt, mais je les écoute quand même. J'accepte de partager de mon temps avec eux et pourtant, ils disent de façon indirecte ne pas apprécier ma présence. Je ne suis pas en colère contre eux, je sais que l'homme est porté à être hypocrite et j'accepte ce côté d'eux. 

Pour parler du trouble, c'est vrai que je suis souvent concentré sur ma personne et que j'ai tendance à porter peu d'estime envers les autres. Mais je ne crois pas qu'une telle personnalité soit narcissique puisque j'admets mes erreurs et que je sais que je ne suis pas parfait et que je le serais jamais.

Enfin, c'est drôle ce côté des gens à vouloir toujours donner des diagnostics aux autres, à expliquer certains comportements par des troubles ou par des maladies. Si tu es une personne avec des tendances plus négatives, ça ne veut pas dire que tu es en dépression. Si tu es égoïste, ça ne veut pas dire que tu as un trouble de la personnalité narcissique. Si tu es malade physiquement, ça ne veut pas dire que ton ami ta donner son rhume.

Après on vient dire que chaque individu à droit a sa personne et qu'on privilégie la différence, sauf que dès qu'on est différent, on a un trouble. Dès qu'une personne sort du lot, on étampe quelques choses sur son front pour dire « regardez-moi, je suis différent et j'ai telle chose qui me rend différent ». Je trouve ça con en fait.

Je me catégorise comme humain banal. Je suis ni meilleur ni moins bon que vous. L'individu moyen, rien de spécial, pas de drame familial, pas de maladie et pas de trouble. Alors foutez-moi la paix avec ma mauvaise personnalité.