Depuis le début du mois de Février et aujourd'hui plus particulièrement, je vois les alentours subir une transformation inquiétante. Une fièvre rose, remplie de cœurs et on ne peut plus niaise s'impose dans le paysage. Vous l'aurez deviné, je parle bien évidemment de la Saint Valentin, qui n'est rien d'autre qu'un complot anti-célibataire.

J'entends fréquemment quelques énergumènes (dont moi, je l'avoue. Mais de toute façon, célibataire ou non, je suis contre cette "fête" de merde.), s'offusquer au sujet du 14 Février
"On n'a pas besoin d'une fête pour montrer notre amour à ceux qu'on aime", disent-ils.  
Certes, tout comme nous n'avons pas besoin de Pâques ou de la Saint Nicolas pour manger du chocolat, de Noël pour se réunir en famille, du Nouvel An pour envoyer un message - qui sera pour beaucoup l'unique message de l'année -, d'Halloween pour se déguiser, de la fête des mères pour acheter du parfum, de la fête des pères pour dire que son papa c’est un super-zéro.. Euh, je voulais écrire héros, désolée. Bref, reprenons : de la fête de la musique pour écouter de la musique, du 1er Mai pour glander, des anniversaires pour se souvenir de notre existence ou encore d'un massacre pour être solidaire.. On n'a pas besoin de toutes ces choses de la vie pour savoir et pour être, mais elles existent, elles sont là, malheureusement. 
Alors merde, même si c'est la crise économiquement parlant, dépensez le peu d'argent qu'il vous reste pour enrichir davantage le magnifique (?) Etat dans lequel nous vivons et surtout, pour votre moitié qui est, la plupart du temps, disons-le franchement, un(e) connard/connasse. ("Putain, t'as encore pissé à côté enfoiré, apprends à viser couillon !" - et autres mélodieuses paroles teintées d'un romantisme sans nom que vous entendez/dites quotidiennement à votre chéri(e) adoré(e). -)  

Alors voilà, j'aurais aimé terminer par une morale. Vous savez, ce genre de phrase qui laisse sans voix ou qui fait réfléchir. Mais je crains que la Saint Valentin ne m’inspire pas à ce niveau-là, alors je vais faire simple.
Comme dirait Orelsan :

SUCE MA BITE POUR LA SAINT VALENTIN