00:00|00:00
Profil (490)
Questions/Réponses (0)

“Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.” Fondements, Emmanuel Kant

Suivre
"La notion d'interdépendance nous pousse à remettre fondamentalement en cause notre perception du monde et à avoir continuellement recours à cette nouvelle perception pour réduire nos attachements, nos peurs et nos aversions. La compréhension de l'interdépendance doit mettre à bas le mur illusoire que notre esprit à dresser entre « moi » et « autrui ». Elle rend absurdes l'orgueil, la jalousie, l'avidité, la malveillance. Si non seulement toutes les choses inertes, mais tous les êtres sont reliés, nous devons nous sentir intimement concernés par le bonheur et la souffrance des autres. Vouloir construire son bonheur sur la souffrance d'autrui et non seulement amoral, mais irréaliste. Les sentiments d'amour universel (défini dans le bouddhisme comme le désir que tous les être connaissent le bonheur et les causes du bonheur) et de compassion (le désir que tous les êtres soient délivrés de la souffrance et des causes de la souffrance) sont des conséquences directes de l'interdépendance. Prendre conscience de l'interdépendance engendre ainsi un processus de transformation intérieure qui se poursuivra tout au long du chemin de l’Éveil spirituel. Sinon, ne pas mettre nos connaissances en pratique, c'est ressembler à un musicien sourd ou au nageur qui meurt de soif par crainte de se noyer en buvant."« L'Univers dans un grain de sable », L'Infini dans le paume de la main, Matthieu Ricard et Thrinh Xuan Thuan
"Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie." (XXIII, Chapitre deuxième), Pensées, Blaise Pascal
"Il ne s'agit ni de condamner ceux qui agissent sous l'emprise de la haine, de l'avidité, de l'orgueil ou de la jalousie ni de tolérer ces émotions destructrices comme des composantes inéluctables de l'existence, mais de les traiter comme des symptômes de maux dont on ne peut se débarrasser, lorsqu'on en prend la peine." « A la croisée des chemins », L'Infini dans le paume de la main, Matthieu Ricard et Thrinh Xuan Thuan
"Pour tout ce que j'ai à faire
combien de temps m'est-il accordé ?

Cela, tu n'en sauras rien,
Tu as l'éternité et l'instant,
quelle importance ?

Le temps est l'hameçon des ténèbres,
ne te laisse pas leurrer,
n'aie d'autre souci que ta mission,
chaque jour." Les Jardins de Lumière, Amin Maalouf
"En tout être comme en toute chose se côtoient et s'imbriquent Lumière et ténèbres. Dans une datte que vous croquez, la chair nourrit votre corps, mais le goût suave, et le parfum et la couleur nourrissent votre esprit. La lumière qui est en vous se nourrit de beauté et de connaissance , songez à la nourrir sans arrêt, ne vous contentez pas de gaver votre corps. Vos sens sont conçus pour recueillir la beauté, pour la toucher, la respirer, la goûter, l'écouter, la contempler. ..vos cinq sens sont distillateurs de lumière. Offrez-leur, parfums, musiques, couleurs. Epargnez -leur la puanteur, les cris rauques et la salissure." Les Jardins de Lumière, Amin Maalouf
"Je ne parle pas d'autre chose que de l'ordinateur qui doit me succéder, déclama Pensées Profondes en retrouvant son ton oratoire coutumier. Un ordinateur dont je ne saurais encore calculer les simples paramètres de fonctionnement - mais que je concevrai néanmoins pour vous. Un ordinateur susceptible de calculer la Question à l'Ultime Réponse. Un ordinateur d'une si infiniment subtile complexité que la vie organique elle-même fera partie intégrante de ses unités de calcul. Et vous-mêmes prendrez forme nouvelle et pénétrerez dans l'ordinateur pour naviguer au long des 10 millions d'années de son programme ! Oui ! Et je concevrai cet ordinateur pour vous. Et le nommerai également pour vous. Et on l'appellera... La Terre." Le Guide du Voyageur galactique, Douglas Adams
"Comment mener mon existence ? Comment vivre en société ? Que puis-je connaître ? Ces trois questions ont préoccupés l'humanité à travers les âges. Idéalement, la conduite de notre existence devrait nous amener à un sentiment de plénitude qui inspire chaque instant et nous laisse sans regret à l'heure de la mort. Vivre en société avec les autres devrait engendrer le sens de la responsabilité universelle. La connaissance devrait nous révéler la nature du monde qui nous entoure et de notre esprit.
Ces mêmes questions sont au cœur de la science, la philosophie, la politique, l'art, l'action sociale et la spiritualité. Compartimenter artificiellement ces activités, comme cela se produit souvent de nos jours, rétrécit inévitablement notre vision de l'existence. Sans sagesse nourrie d'altruisme, la science et la politique sont des armes à double tranchant, l’éthique est aveugle, l'art futile, les émotions sauvages et la spiritualité illusoire." L'infini dans la paume de la main, Mathieu Ricard et Trinh Xuan Thuan
"Échec et Mat. Le jeu des Rois paraît-il. La meilleure école de la pensée stratégique. Une belle connerie oui. Les deux camps ont des pièces identiques et les règles sont immuables, c'est un bien pâle reflet de la réalité. Sorceleur, savez-vous pourquoi je joue aux échecs ? [...] Je joue aux échecs pour découvrir leur secret. Le sang coule dans les veines de ces pièces, tendez l'oreille et vous l'entendrez. Doum doum. Doum doum. Doum doum. Entendez-vous le son du cœur qui bat ? Quand je m’empare d'un pion, j'entends le bruit de la  chaire tranchée. Quand  je gagne une pièce, j'entends ses cris de douleur. Je voudrais ouvrir ces petits soldats de bois pour leur arracher la vérité. Comprennez-vous sorceleur ? [...] Non. Car seul un roi peut le comprendre. Un pion ne voit guère plus loin que les alliés à ses côtés et les ennemis qui lui font fasse. Un roi, en revanche, a une conception différente de l’échiquier. Ceux qui l’entourent sont ses pires ennemis, il est encerclé par sa propre cour. Échec et mort. Voyez-vous sorceleur, les échecs sont un art. L’art de sacrifier ses propres pièces. Comprenez-vous maintenant ?" The Witcher 3
"Fait passablement curieux, la seule chose à traverser l'esprit du pot de pétunias pendant sa chute, fut :
« Oh ! non, encore ! »
Bien des gens ont estimé que si nous savions exactement pourquoi le pot de pétunias avait pensé ça, nous en saurions bien plus sur la nature profonde de l'univers que ce n'est le cas à l'heure actuelle." Le Guide du Voyageur galactique (H2G2), Douglas Adams
Gustave Courbet
Le Désespéré
"S’il est quelque espoir de venir, un jour, à bout de l’illusion métapsychique, et, plus généralement, des illusions qui nourrissent les fausses sciences, c’est moins par l’opposition directe que par le moyen d’une éducation convenable, d’une hygiène préventive du jugement. Enseigner aux jeunes l’esprit critique, les prémunir contre les mensonges de la parole et de l’imprimé, créer en eux un terrain spirituel où la crédulité ne puisse prendre racine, leur enseigner ce que c’est que coïncidence, probabilité, raisonnement de justification, logique affective, résistance inconsciente au vrai, leur faire comprendre ce que c’est qu’un fait et ce que c’est qu’une preuve – et surtout les mettre en garde contre le témoignage humain." Confidences d’un biologiste, Jean Rostand
"From this distant vantage point, the Earth might not seem of particular interest. But for us, it's different. Consider again that dot. That's here. That's home. That's us. On it, everyone you love, everyone you know, everyone you ever heard of, every human being who ever was, lived out their lives. The aggregate of our joy and suffering, thousands of confident religions, ideologies, and economic doctrines, every hunter and forager, every hero and coward, every creator and destroyer of civilization, every king and peasant, every young couple in love, every mother and father, hopeful child, inventor and explorer, every teacher of morals, every corrupt politician, every superstar, every supreme leader, every saint and sinner in the history of our species, lived there... on a mote of dust suspended... in a sunbeam. The Earth is a very small stage in a vast, cosmic arena. Think of the rivers of blood spilled by all those generals and emperors so that in glory and triumph they could become the momentary masters of a fraction... of a dot. Think of the endless cruelties visited by the inhabitants of one corner of this pixel on the scarcely distinguishable inhabitants of some other corner. How frequent their misunderstandings, how eager they are to kill one another, how fervent their hatreds. Our posturings, our imagined self-importance, the delusion that we have some privileged position in the universe, are challenged by this point of pale light. Our planet... is a lonely speck in the great, envelopping cosmic dark. In our obscurity, in all this vastness, there is no hint that help will come from elsewhere to save us from ourselves. The Earth is the only world known so far to harbor life. There is nowhere else, at least in the near future, to which our species could migrate. Visit, yes. Settle, not yet. Like it or not, for the moment, the Earth is where we make our stand. It has been said that astronomy is a humbling and character-building experience. There is perhaps no better demonstration of the folly of human conceits than this distant image. To me, it underscores our responsibility to deal more kindly with one another and to preserve and cherish the pale blue dot, the only home we've ever known." Pale Blue Dot: A vision of the human future in space, Carl Sagan

"S'engager sur le chemin du Bodhisattva, c'est pénétrer au cœur de la pratique des six ou des dix Perfections, laquelle se résume en trois disciplines : s'abstenir de tout acte nuisible, accomplir tout acte vertueux et oeuvrer pour le bien des êtres. Ce chemin passe par trois étapes : l'engagement, l'entraînement et l'accomplissement." Comme un éclair qui déchire la nuit, Tenzin Gyatso (XIVe Dalaï-Lama)
"Au fur et à mesure que nous développons les qualités spirituelles et éliminons ce qui les entraves, notre esprit appréhende de mieux en mieux la nature de son objet. Il parvient finalement à la sagesse suprême, stade où la nature ultime de l'objet se révèle à lui dans toute sa nudité. Quand la sagesse devient manifeste et voit sans la moindre erreur la nature absolue de toute chose, on dit que le Sougata a réalisé l'ainsité. Réalisation inaltérable, et qui ne régressera pas.
Méditer jusqu'à la perfection, avec toutes les méthodes appropriées, sur l'absence de réalité des phénomènes permet de connaître tout ce qui est à connaître : la totalité des phénomènes et leur nature. Ainsi, par la force des antidotes, ce qui s'interposait entre le connaisseur et le connaissable disparaît. Les voiles se déchirent, les phénomènes sont appréhendés dans leur nudité originelle. Cette transformation est appelée réalisation intégrale. C'est la connaissance ultime." Comme un éclair qui déchire la nuit, Tenzin Gyatso (XIVe Dalaï-Lama)
"- Je... est-ce que je peux venir avec vous, Vincent ?
- Tu veux m'accompagner ? A Paris ?... En Bretagne ?
- Oui, c'est exactement cela.
- Je suis désolé, mais il n'en est pas question.
- On a toujours dit...
- On n'a rien dit ! m'interrompit-il. Je n'ai pas le temps de m'occuper de toi. Je vais en Bretagne pour peindre, je n'ai pas l'intention de m'installer en couple. On n'a rien à faire ensemble, tu as dix-neuf ans, j'en ai le double, et moi ce que je veux, c'est peindre, pas fonder une famille.
-Moi aussi, je veux peindre. Je ne vous embarrasserai pas, vous ne vous rendrez pas compte de ma présence, on se retrouvera le soir, ou quand vous voudrez, je n'ai pas d'exigences vous savez, je ne vous demande rien, que de pouvoir rester près de vous. Et je vous aiderai dans votre peinture.
- C'est non, Marguerite, catégoriquement non. J'ai mon frère pour m'aider. Je n'ai besoin de personne d'autre.
- Ce n'est pas ce que je voulais dire, mais je vous aime, Vincent, comme aucune femme ne vous a aimé. Je ferai tout ce que vous voudrez, vous n'avez qu'à me dire. J'ai apporté mes bijoux, vous savez, les bijoux de ma mère, on peut les vendre facilement, en tirer un bon prix, vivre dessus longtemps, le temps que votre peinture soit reconnue et que...
- Tu ne veux pas entendre ce que je dis ou quoi ? Je ne veux pas que tu me suives. Ta vie est ici, Marguerite, pas avec moi. Va au bal, amuse-toi avec des jeunes de ton âge et oublie-moi. Marie-toi si ça te chante avec ton pharmacien, ce ne sera pas une mauvaise vie. Mais nous n'avons pas d'avenir ensemble.
- Vous m'aviez promis...
- J'ai été honnête avec toi, je ne t'ai jamais menti je n'ai jamais rien dissimulé, tu t'es fait des idées, c'est tout.
- Pourtant, tous les deux...
- Je ne voulais pas avoir de relations avec toi, tu es trop jeune, j'ai cédé, c'est vrai, je n'aurais pas dû, mais je n'ai rien promis.
- Si vous me quittez, je vais devenir folle.
- Non, Marguerite, tu seras triste un moment, mais ça passera, parce que tu as dix-neuf ans, et puis tu m'oublieras, et tu te demanderas même comment tu as pu tomber amoureuse d'un pauvre type comme moi, et tu en riras, et tu auras bien raison. Je t'aime bien, tu sais, mais entre nous deux, il n'y a rien de possible. Rien du tout.
- Vous n'avez pas compris. Ce n'est pas une petite amourette. Je vais mourir, c'est tout.
- Mais non, tu vas rentrer chez toi, et puis avec le temps...
- Vous ne savez pas de quoi je suis capable, Vincent, je ne suis pas une blanche colombe.
- Tu commences à me fatigue, Marguerite. Je ne suis pas amoureux de toi. Je ne t'aime pas, tu comprends ? Je ne peux rien pour toi.
- C'est horrible ce que nous sommes devenus. [...] Je vous ai vraiment aimé." La Valse des arbres et du ciel, Jean-Michel Guenassia
"Vois-tu, il est des moments dans la vie où tout, en nous aussi, est paix et harmonie, et où la vie entière nous paraît un chemin à travers la bruyère." Vincent Van Gogh
2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10