00:00|00:00
Profil (503)
Questions/Réponses (0)

“Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.” Fondements, Emmanuel Kant

Suivre
"La doctrine, l'équité, l'amour pour tous ceux qui sont nos subordonnés et, pour tous les hommes en général, la science des ressources, le courage et la valeur : telles sont les qualités qui doivent caractériser celui qui est revêtu de la dignité de Général." L'art de la guerre, Sun Tzu
"Vers la fin de l'hiver, ce sentiment d'angoisse, d'isolement et simplement d'ennui prit de telles proportions que je ne quittais plus ma chambre, n'ouvrais plus le piano et ne prenais plus un livre en main. Lorsque Katia me conseillait de m'occuper d'une manière ou de l'autre, je lui répondais :
- Je n'ai pas envie, je ne peux pas, mais au fond de moi-même je me disais  « Pourquoi ? Pourquoi faire quoi que ce soit, alors que mes plus belles années se perdent inutilement ? Pourquoi ? » Et à ce POURQUOI, il n'y avait d'autre réponse que les larmes." La Sonate à Kreutzer, Tolstoï
"Ce n'est que dans la mesure où nous ne nous connaissons pas nous-mêmes qu'il nous est possible de nous réaliser et de produire. Est fécond celui qui se trompe sur les motifs de ses actes, qui répugne à peser ses défauts et ses mérites, qui pressent et redoute l'impasse où nous conduit la vue exacte de nos capacités. Le créateur qui devient transparent à lui-même ne crée plus : se connaître, c'est étouffer ses dons et son démon." Pensées étranglées, Cioran
"Tu es hanté par le détachement, la pureté, le nirvâna, et cependant quelqu'un en toi chuchote : « Si tu avais le courage de formuler ton vœu le plus secret, tu dirais : "Je voudrais avoir inventé tous les vices." »" Pensées étranglées, Cioran
"Distilled for the eradication of seemingly incurable sadness."
"Moi qu'un petit enfant rend tout à fait stupide,
J'en ai deux ; Georges et Jeanne ; et je prends l'un pour guide
Et l'autre pour lumière, et j'accours à leur voix,
Vu que George a deux ans et que Jeanne a dix mois,
Leurs essais d'exister sont divinement gauches ;
On croit, dans leur parole où tremblent des ébauches,
Voir un reste de ciel qui se dissipe et fuit ;
Et moi qui suis le soir, et moi qui suis la nuit,
Moi dont le destin pâle et froid se décolore,
J'ai l'attendrissement de dire : Ils sont l'aurore.
Leur dialogue obscure m'ouvre des horizons ;
Ils s'entendent entr' eux, se donnent leurs raisons.
Jugez comme cela disperse mes pensée.
En moi, désirs, projets, les choses insensées,
Les choses sages, tout, à leur tendre lueur,
Tombe, et je ne suis plus qu'un bonhomme rêveur.
Je ne sens plus la trouble et secrète secousse
Du mal qui nous attire et du sort qui nous pousse.
Les enfants chancelants sont nos meilleurs appuis.
Je les regarde, et puis je les écoute, et puis
Je suis bon, et mon cœur s'apaise en leur présence ;
J'accepte les conseils sacrés de l'innocence,
Je fus toute ma vie ainsi : je n'ai jamais
Rien connu, dans les deuils comme sur les sommets,
De plus doux que l'oubli qui nous envahit l'âme
Devant les êtres purs d'où monte une humble flamme ;
Je contemple, en nos temps souvent noirs et ternis,
Ce point du jour qui sort des berceaux et des nids."
L'art d'être grand-père, Victor Hugo

"Je n'approuve que ceux qui cherchent en gémissant." Blaise Pascal
"Il y a dans les souvenirs de chacun des choses qu'il ne révèle pas à tout le monde, mais seulement à des amis. Il y a des choses qu'il ne révèlera pas même à ses amis, mais seulement à sa propre conscience, et encore - sous le sceau du secret. Et il y a enfin des choses que les hommes craindront de révéler même à leur propre conscience, et ces choses, même chez les hommes les meilleurs, il y en a une quantité qui s'accumule. On pourrait l’énoncer ainsi : plus les hommes sont honnêtes, plus il y en a. Au moins, moi-même, n’ai-je décidé que récemment de me rappeler certaines de mes aventures – jusqu’à présent, je les avais toujours contournées, avec, même, une inquiétude bien réelle. Maintenant, non seulement je me les rappelle mais j'ai encore décidé de les écrire, et c'est cela que je veux essayer : est-il possible d'être entièrement sincère - ne fût-ce qu'avec sa propre conscience - et d'affronter toute la vérité ? Une parenthèse : Heine affirme que les autobiographies fidèles sont presque impossibles car il est presque sûr qu'on se mentira à soi-même. Il pense, par exemple, que Rousseau a menti dans sa confession, et qu'il a même menti sciemment, par vanité. Je suis sûr que Heine a raison ; je comprends très bien qu'on puisse s’accuser de tous les péchés du monde par simple vanité, et je conçois parfaitement quel genre de vanité cela peut être." Les Carnets du sous-sol, Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9