00:00|00:00
Profil (434)
Questions/Réponses (0)

“Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre toujours en même temps comme une fin, et jamais simplement comme un moyen.” Fondements, Emmanuel Kant

Suivre
"Mais chose étrange, je ne sais quelle sensation que je ne pouvais comprendre s'emparait déjà de moi ; quelque chose remuait déjà dans mon cœur, qu'il n'avait encore jamais connu ni ressenti, mais qui le faisait par instants brûler et battre comme pris d'effroi, et une rougeur inattendue m'inondait fréquemment le visage. Il arrivait que je me sentisse honteux et même offensé des privilèges que me valait l'enfance. D'autre fois une sorte d'étonnement me subjuguait, et je me retirais quelque part où l'on ne pût me voir, comme pour me ressaisir et me remémorer quelque chose dont jusqu'alors, me semblait-il, je m'étais fort bien souvenu, que je venais soudainement d'oublier, et sans quoi je ne pouvais soudainement plus paraître nulle part, ni même continuer d'être." Un petit héros, Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Thomas Cole
The Voyage of life : Childhood
"- Maman, quelque chose pourrait nous faire du mal quand tu auras allumé la veilleuse ?
- Non mon trésor. Ce sont les yeux qu'une maman laisse près des enfants pour les garder quand elle s'en va.
- Maman, ce bal, tu dois vraiment y aller ?
- C'est vrai maman, tu n'es pas obligé d'y aller, papa peut bien y aller tout seul !
- Comment "tout seul" ? Vous père est un homme très courageux. Mais il aura besoin du baiser pour affronter ses collègues ce soir.
- Courageux, notre père ?
- Il n'y a pas qu'une forme de courage, il y en a de toutes sortes. D'abord, le courage de penser aux autres avant soi-même. Il est vrai que votre père n'a jamais brandit un sabre, ou tirer au pistolet, grâce au ciel. Mais il a fait bien des sacrifices pour sa famille, et mit de côté bien des rêves.
- Il les a mit où ?
- Rangés dans un tiroir. Et quelques fois, tard le soir, nous les ressortons, et nous les admirons. Mais il est chaque jour plus difficile de refermer le tiroir. Il le ferme. Et c'est pour cela qu'il est courageux." Peter Pan, Paul John Hogan
"Que la fosse pour moi s'ouvre dans le gazon,
Je vois sans peur la tombe aux ombres éternelles.

Car je sais que le corps y trouve une prison,
Mais que l'âme y trouve des ailes.
"
(10 février 1854, Molière) Le Livre des Tables, Victor Hugo
"Viendra-t-il un moment où le cœur sera libre ?
Où tout sera d'accord, viendra-t-il ce grand jour
Où, réconciliant notre âme et notre fibre,
La conscience humaine épousera l'amour ?

Le nocturne viol, le trahi qui se venge,
Le veuf qui va montrant le poing au firmament,
Est-ce l'amour lui-même, ou n'est-ce que la fange
Dont nous obscurcissons le divin diamant ?

L'amour est-il encor l'amour, sans frénésie ?
Sera-t-il aussi doux s'il n'a jamais frémi ?
Lâcheras-tu l'amour, ô noire jalousie
Qui du plus amoureux fais le pire ennemi ?

Eschyle, quel moyen de modérer les laves,
Etre aimé tout ensemble et libre, dis, comment ?
Il ne faut qu'un amour pour faire deux esclaves :
Lui, de sa jalousie ; elle, de son amant.

Pourrons-nous corriger sans le réduire en poudre
Ce grand frissonnement moral et sensuel,
Ce terrible bonheur fait d'un jet de la foudre
Et dont la splendeur sombre éclabousse le ciel ?

Ou bien, faut-il choisir ? Dis, faudra-t-il que l'homme
Abandonne l'amour s'il veut la liberté,
Et que ce sacrifice horrible se consomme,
Et qu'il foule à ses pieds son cœur ensanglanté ?

Vieux poète fatal affranchi par la tombe,
Dis-nous si sans mourir l'amour peut se calmer,
Et comment le vautour deviendra la colombe ;
Car nous voulons penser, mais nous voulons aimer.
"
(13 février 1854, Auguste Vacquerie à Eschyle) Le Livre des Tables, Victor Hugo
"La créature passe à travers la création comme l'oiseau à travers l'arbre, en se posant sur chaque branche. L'homme vole à travers l'infini en se posant sur chaque monde. Vous habitez un monde de souffrance et de châtiment ; nous habitons un astre de lumière et de récompense. L'homme en naissant dans votre vie vient expier un passé coupable et l'animal y vient expier un passé monstrueux. L'homme ignore sa faute et l'animal son crime. S'ils le savaient, ils seraient heureux." (27 décembre 1853, L'Ânesse de Balaam) Le Livre des Tables, Victor Hugo
"Qui nous dit que ce qui nous semble chimérique et monstrueux n'existe pas dans les profondeurs de l'infini et ne comporte pas quelque part une réalité vivante ? Nos rêves dans le sommeil sont des apparitions du possible." Le Livres des Tables, Victor Hugo
"- L'Europe t'attend. J'ai eu peur. Tu feras peur. Tu seras le cerveau, je le sens à ma couronne.
- Que veux-tu dire par là ? Entends-tu qu'il n'y a pas assez de cerveau sous ta couronne ?
- Non.
- Ou bien que le moment est venu où les peuples veulent être gouvernés par des cerveaux et non par des couronnes ?
- Oui." (13 septembre 1853, discussion avec Napoléon III), Le Livre des Tables, Victor Hugo
"Cela dit, l'important pour nous, aujourd'hui, est de comprendre où nous allons. Nous n'avons pas réussi à sauver l’environnement, à démocratiser la planète, ni à nourrir les pauvres, parce que pendant trop longtemps nous avons eu peur de manquer, et avons voulu dominer, avant de donner aux autres. [...] Nous ne vivons pas pour édifier des empires personnels, mais pour évoluer." La Prophétie des Andes, James Redfield
"Use ton corps à chercher ton âme." Le Livre des Tables, Victor Hugo
"Le boson de Higgs a le potentiel inquiétant de devenir métastable à des énergies dépassant les 100 milliards de gigaélectron volt. Cela pourrait dire que l'univers pourrait subir une désintégration du vide catastrophique, avec une bulle s'étendant à la vitesse de la lumière. [...] Cela pourrait se produire à tout moment et nous ne le verrions pas venir." Starmus, Stephen Hawking
"Le Projet d'une Science universelle qui puisse élever notre nature à son plus haut degré de perfection. [...] les plus curieuses matières que l'auteur ait pu choisir, pour rendre preuve de la Science universelle qu'il propose, sont expliquées en telle sorte que ceux même qui n'ont point étudié les peuvent entendre." Lettre à Mersenne (mars 1636), René Descartes


Crédit photo : NASA, ESA, G. Bacon (STScI)

This is an artist’s impression of supernova 1993J, which exploded in the galaxy M81. Using the Hubble Space Telescope, astronomers have identified the blue helium-burning companion star, seen at the center of the expanding nebula of debris from the supernova.
"Hélas ! Toute mon âme se soulève tumultueusement, et toutes les douleurs que j'éprouve sont également inexprimables. Tu m'as accusé de ne pas t'aimer, et ce reproche m'est bien amer, puisque ce qui me tourmente, et ce qui t'importune, c'est mon trop d'amour. Adèle, il est donc vrai que tu aurais été plus heureuse d'être aimée par quelque être tranquille et froid, qui n'eût connu ni la chaste susceptibilité, ni les délicates jalousies d'un grand amour?" Lettres à la fiancée, Victor Hugo
"Tout homme vit pour soi-même, utilise sa liberté pour atteindre des buts particuliers, sent par tout son être qu'il peut ou non accomplir tel ou tel acte ; mais, dès qu'il agit, son acte accompli à tel moment de la durée devient irrévocable et appartient dorénavant à l'histoire, où il paraît non plus libre, mais régi par la fatalité. La vie humaine a deux faces. Il y a d'une part la vie individuelle, qui est d'autant plus libre que ses intérêts sont plus abstraits ; il y a d'autre part la vie élémentaire, grégaire, où l'homme doit inévitablement se soumettre aux lois qui lui sont prescrites. L'homme vit consciemment pour lui-même, mais participe inconsciemment à la poursuite des buts historiques de l'humanité tout entière. L'acte accompli est irrévocable et, par sa concordance avec des millions d'autres actes accomplis par autrui, prend une valeur historique. Plus l'homme est placé haut sur l'échelle sociale, plus importants sont les personnages avec lesquels il entretient des rapports, plus grand aussi est son pouvoir sur le prochain, plus chacun de ses actes revêt un caractère évident de nécessité, de prédestination." La guerre et la paix, Lev Nikolaïevitch Tolstoï
"Le chaos est bridé dans le système solaire quand les perturbations gravitationnelles demeurent faibles et que les phénomènes de résonance ne les amplifient pas. C'est précisément parce que le chaos ne donne pas libre cours à toutes ses excentricités que Newton et Laplace ont pu penser que le système solaire était une mécanique bien huilée dont le futur, le présent et le passé pouvaient être déterminés avec une certitude absolue. Le chaos qui rôde dans les recoins du système solaire constitue donc une sorte de passerelle entre, d'une part, le monde abstrait, purifié et idéalisé des lois physiques, et, d'autre part, la complexité et le désordre du monde concret où nous évoluons." « Chaos : la fin des certitudes », Petit dictionnaire amoureux du ciel et des étoiles, Trinh Xuan Thuan
"Il est certain que la conviction - apparentée au sentiment religieux - que le monde est rationnel, ou du moins intelligible, est à la base de tout travail scientifique un peu élaboré. Cette conviction constitue ma vision de Dieu. C'est celle de Spinoza." Sur la vérité scientifique, Albert Einstein
4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12