00:00|00:00
Profil (17)
Questions/Réponses (2)

Profiter de chaque instant. ☀️

Suivre
Hier j'ai vécu la pire journée de toute ma vie. J'étais en train de rouler mon feu passe au vert, la voiture devant moi démarre, je démarre aussi.
Tout à coup, un scooter arrive sur ma droite à toute vitesse, me percute sur l'avant et s'envole 3 voir 4m plus loin. J'ai littéralement vu cet homme faire un vol plané, taper le poteau et s'écraser contre le bitume. Cette scène m'a énormément choquée. Je me suis immédiatement garée sur le côté et je suis allée le voir. 

J'en ai vu des accidents, j'en ai vu des accidentés. Ayant été dans la police pendant plusieurs années, j'ai été témoin de beaucoup de choses mais ça ne m'était jamais arrivé personellement. J'ai cru que je l'avais tué. Il a été emmené par les pompiers. Heureusement il va bien. J'ai pris de ses nouvelles comme je le pouvais. 

Pendant que la police m'auditionne sur le bord de la route, mon téléphone sonne. C'est ma mère qui m'annonce que mon grand-père a un cancer du poumon et qu'il n'en a plus pour très longtemps. 

L'accident + mon grand-père qui est comme mon père car c'est lui qui m'a élevé, je crois qu'émotionellement je n'ai jamais été aussi mal.

Alors, depuis hier je ne mange plus et je me repasse en boucle l'accident. Je m'en veux énormément j'aurai pu le tuer. En plus, je suis motarde et je fais toujours extrêmement attention aux autres. Je ne sais pas comment ça a pu arriver. Je passe ma vie à protéger les autres et là c'est moi qui met en danger quelqu'un. Je ne souhaite plus conduire non plus. J'espère que ça va me passer car je n'ai jamais été comme ça. 

J'espère vraiment qu'il va se remettre de cet accident et que mon grand-père partira sans souffrir et en étant heureux. 
Ça fait 8 mois que j'ai appris que je suis atteinte du syndrome SOPK (Syndrome des Ovaires Polykystique) et ça fait 8 mois que je suis ballotée de  gynécologues en gynécologues. Leur réponse est toujours la même : "Le chemin va être long, nous n'avons aucun traitement à vous proposer." Et puis ils vous laissent là, sans vraiment réponse à vos questions.

Ce syndrome m'empêche d'ovuler. Je n'ai que deux ovulations par an et si je souhaite faire un enfant, il faudra que je sois stimulée. Le chemin me paraît déjà tellement long. Je n'imagine même pas quand nous allons essayer de concevoir.

Je pense que le pire dans toute cette histoire c'est la réaction des personnes à qui j'en ai parlé. Soit ils ne m'écoutent pas et ils ne parlent que d'eux, soit ils s'en foutent ou alors ils disent que c'est rien. Qu'on peut très bien vivre sans enfant et qu'il y a pire sur cette terre. 

Bien-sûr qu'il y a pire et je ne me plains pas, j'aurai juste aimé être simplement écoutée et comprise. Juste, sortir ma peine, ma haine, poser des mots et on en parle plus.

Enfin bref. Je me dis que si la vie en a voulu ainsi c'est que ça doit être mon destin. Je me rends compte en écrivant ces lignes que ce n'est pas ce syndrome qui m'a mis la haine et blessé. C'est uniquement la réaction de mes proches mais ce n'est pas grave. Je tomberai 10 fois je me relèverai 100 fois.

Hier soir j'ai eu une relation avec mon conjoint. Je le sentais ailleurs et aujourd'hui j'en ai parlé avec lui. Il m'a avoué qu'il s'était forcé. J'ai reçu cet avoeu comme un coup de poignard dans mon cœur mais je ne lui ai rien montré.
Je ne lui ai rien montré car je souhaite comprendre ce qui ne va pas dans notre couple, ce que je peux améliorer chez moi. 
Au plus je l'écoutais parler au plus il se livrait. Il m'a avoué qu'il n'était pas porté sur la chose et qu'il a la "flemme". Alors j'essaie de comprendre ce point de vu, d'y réfléchir. Je ne me suis jamais sentie désirée dans ses yeux, je n'ai d'ailleurs aussi jamais ressenti la passion avec lui. Nous nous aimons et ça je n'en doute pas mais c'est tellement difficile de comprendre ce genre de "ressenti". 
J'ai l'impression de tout ramener à moi mais, je pense que la faute vient de mon corps. Il n'est pas assez bien. 
Je ne suis pas assez bien. 
Green Witch. 
Emmêlée

Il ne me regarde même plus. Je ne me sens pas attirante à travers ses yeux. Ça me blesse. Pourtant j'use de mes charmes mais ça ne suffit pas.

Je me rends compte que personne ne me connaît véritablement mis à part une seule personne dans ma vie. Une seule personne. Une seule personne avec qui j'ose parler, être moi-même et qui m'écoute véritablement et entièrement. Qui n'est pas là à me répondre juste pour me faire plaisir. 
Heureusement que cette personne est entrée dans ma vie. Elle me fait du bien et elle ne me juge jamais. 

Malgré tout je continue de me sentir étrangement seule. Je cherche à combler ce vide avec une personne mais en fait, personne ne peut combler ce trou dans mon cœur. Je dois faire le travail toute seule, je dois me réparer seule. 

Tout ce texte est très brouillon et emmêlé. Ceci est la définition même de ma vie.
Ce matin je lui ai dis que nous devions couper les ponts. Je n'ai pas pû compter sur lui quand j'en avais le plus besoin. Je me suis sentie trahie et blessée. Je lui ai donc envoyé un message clair mais sans haine avec seulement mes émotions les plus profondes.
Lorsque j'ai reçu sa réponse, mon cœur n'a fait qu'un bond. Je ne pensais pas que je comptais autant à ses yeux. Il avait laissé tombé son masque, il s'était entièrement dévoilé et il me montrait enfin qui il était vraiment. 
Je pense que je ne retrouverais jamais une personne qui me ressemble autant. 

J'espère que ça pourra continuer dans ce sens car le jour où il trouvera une copine ce sera très compliqué. Notre relation est plutôt vers l'amimour que l'amitié pure. 

Je ne me le répéterai jamais assez mais à trop jouer avec le feu je vais finir par me brûler les ailes. 
J'essaie de gérer mes émotions au mieux. J'essaie de ne pas craquer et de ne pas lui envoyer un message. Il a fauté. Il a merdé. Je sais maintenant que j'ai été prise pour une imbécile du début à la fin. Notre amitié n'a jamais compté pour lui, il n'était là que par intérêt.
Je lui ai fait confiance, je lui ai ouvert mon cœur et il a tout chiffonné. 
Pour le moment je n'ai plus envie de lui parler, ça prendra le temps que ça prendra mais c'est ainsi. 

J'espère arriver à passer au dessus de cette grande déception. Il m'a énormément blessée. 

Je suis juste fière d'une chose, je ressens beaucoup moins la douleur qu'avant. Je commence à être beaucoup plus blindée au niveau de mes émotions et sentiments. 

J' espère néanmoins qu'il comprendra son putain d'égoïsme. 
Ressourcement

J'ai passé plusieurs jours à la montagne à me ressourcer. Ça m'a fait un bien fou. 
Me couper de la vie citadine pendant plusieurs jours et me retrouver c'est vraiment ce dont j'avais besoin.
Demain je repars direction une journée dans les Alpes. Quoi de mieux ? 
Je suis très impatiente. 
Ce soir je ne sais pas quoi écrire. Je suis juste perdue. Je n'ai jamais été autant perdue de toute ma vie. 
Culpabilité. 

Ce matin je me suis reveillée avec une culpabilité énorme. J'ai laissé mes amis mal parler de mon conjoint. Je ne sais jamais comment le défendre dans ces moments là. C'est vraiment l'homme parfait, il fait son maximum pour moi et moi je suis une vraie connasse qui accepte qu'on lui enfonce des couteaux dans le dos. Mais qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?! 

En tout cas, j'ai décidé de mettre des distances entre mon meilleur ami et moi. Il est hors de question que je prenne le risque de perdre celui qui partage ma vie car c'est lui et pas un autre. 

Il faut que j'arrive à ne plus me sentir mal, mais je n'y arrive pas. 
J'ai une boule dans la gorge et mon estomac qui se noue. Ce week-end a été beaucoup trop chargé en émotion pour moi. Il faut que je me recentre sur mes objectifs et que je me concentre à apaiser mon esprit, sinon je vais exploser. 
Ma vie est un tourbillon amoureux.

Hier j'ai passé ma journée et ma soirée avec mon meilleur ami. Jusque là rien de fou.
Ça fait 6 ans et demi que nous sommes ami sans que JAMAIS il ne se passe quoi que ce soit. Je l'aime énormément, on s'entend à merveille, on a une complicité de dingue et on rigole du matin au soir. 
Après avoir passé la journée à se baigner dans la mer, le soir, on sort le pique-nique et la bouteille de vin. 

1 verre puis 2 puis 3 puis... Trop ! J'étais un peu trop joyeuse. Je ressentais que ses sentiments envers moi avaient changé depuis quelques temps. 
Alors je me suis lancée et j'ai posé la question : "Est-ce que tu as des sentiments autre que de l'amitié pour moi ?". Oui, l'alcool désinhibe. 

Il a planté son regard dans le mien et il m'a répondu oui avec une franchise redoutable. Je ne m'attendais pas à avoir ma réponse aussi facilement. 
Il m'a retourné la question et je lui ai confirmé que je ressentais pareil que lui. 

Je suis en couple, pacsée et j'ai un projet très important avec la personne qui partage actuellement ma vie. 

Comment est-ce que je vais faire pour m'en sortir ? Je ne sais plus où j'en suis. Tout ce que je sais, c'est que je suis dans la merde. 
Enfin un peu de repos... La nuit me permet de rêver et de m'évader. Demain matin le réveil sera rude. J'espère pouvoir me reposer. Avant de m'endormir je m'imagine la vie que j'aurai aimé avoir. 

 J'ai besoin d'air et d'évasion. 
 J'ai besoin de me sentir vibrer et vivante jusqu'au bout des doigts. 

 Secrets of the night. 
Bad day. 

Ce soir je viens d'apprendre que jeudi prochain nous allons devoir faire piquer la chienne de ma meilleure amie qui était dans notre famille depuis 8 ans.
Elle arrive chez moi pour être réconfortée. Je suis toujours mal à l'aise quand quelqu'un est triste, je ne sais jamais comment m'y prendre. En tout cas j'essaierai de donner le meilleur de moi même. 
La fin de journée à été compliquée.
Depuis quelques semaines j'ai du mal à respirer et j'angoisse beaucoup. Mon médecin m'a dit que c'etait des crises d'angoisses. Je n'en ai jamais fait de ma vie. 

Moi qui suis une personne forte, positive et avec un caractère bien trempé jamais je n'aurai imaginé un jour pouvoir faire des crises d'angoisses. 
Depuis toujours ma mère est dépressive et passe de clinique en clinique. Malgré mon infini amour et mon admiration pour elle, je ne veux pas refaire les mêmes erreurs qu'elle. J'angoisse à l'idée que ces crises ne soient que le début d'une dépression. 

Encore maintenant quand j'écris ces lignes, j'ai du mal à respirer et je me sens oppressée. 

Un jour j'espère que tout ça partira pour ne plus jamais revenir. Je me sens déjà beaucoup mieux. J'ai parcouru un énorme chemin depuis ces 2 ans de ténèbres. C'est un peu comme si on m'avait lâché tout en bas d'une falaise et qu'il fallait que je gravisse à mains nues pour pouvoir survivre. 

C'est la première fois que j'ose parler à cœur ouvert de ce mal qui me ronge. Cette noirceur en moi que je souhaite expulser à tout jamais. 

J'y arriverai. 
Profiter... 
Aujourd'hui je suis vraiment fatiguée... 
Je me sens heureuse et bien dans ma tête. Mais sachant que je suis lunatique ça risque de changer au cours la journée.

Je ne peux même pas faire mes rituels car la lune est descendante... 

La journée n'est pas du tout terminée. J'ai hâte de rentrer chez moi et de me poser dans mon canapé tout moelleux. ❤️
Renaissance. 

Toute ma vie on a essayé de me mettre des bâtons dans les roues. Je suis allée sur les mauvais chemins, j'en suis arrivée à me dégoûter. Je me regardais dans le miroir, je me voyais comme une coquille vide sans âme.
J'étais comme un personnage qui jouait un rôle au quotidien dans une vie qui n'était pas vraiment la sienne. 

Battue, humiliée et séquestrée. Je peux enfin dire que je suis sur le chemin de la guérison. 
L'espoir renaît, je touche presque la victoire. 

Mon cœur qui était si froid et glacial semble reprendre goût à la chaleur intense de la vie.