Koffe koffe koffe koffe, je jure que ma mort se cache dans les grains de café, et qu’elle est plus douloureuse que celle qui m’attend sous l’eau. C’est inhumain, mais c’est bientôt ; suivez le cortège ondoué, cette nuit c’est jour de fête !