je jette l’ancre du sommeil désordonné dans l’âme si familièrement vagissante d’incantations
et les lamentations nuitamment éclaircies dans l’alambic des mensonges
mendient à l’équipage dément la trêve du regret errant