les lignes de tes mains caleuses qu’à ta naissance un ange traça