Profil (150)
Questions/Réponses (3)

cam the lad and her knife

Suivre
J'irai te chercher, nous vivrons sur la terre. La détresse n'est pas incurable, qui fait de moi une épave de dérision, un ballon d'indécence, un pitre aux larmes d'étincelles et de lésions profondes. Frappe l'air et le feu de mes soif, coule-moi dans tes mains de ciel de soie la tête la première pour ne plus revenir, si ce n'est pour remonter debout à ton flanc. Nouveau venu de l'amour du monde, constelle-moi de ton corps de voie lactée, même si j'ai fait de ma vie dans un plongeon une sorte de marais, une espèce de rage noire. Si je fus cabotin, concasseur de désespoir j'ai quand même idée farouche de t'aimer pour ta pureté, de t'aimer pour une tendresse que je n'ai pas connue. Dans les giboulées d'étoiles de mon ciel, l'éclair s'épanouit dans ma chair ; je passe les poings durs au vent, j'ai un cœur de mille-chevaux vapeur, j'ai un cœur comme la flamme d'une chandelle. Toi tu as la tête d'abîme douce, n'est-ce pas? La nuit de saule dans tes cheveux, un visage enneigé de hasards et de fruits, un regard entretenu de sources cachées. Et mille chants d'insectes dans tes veines. Et mille pluies de pétales dans tes caresses. Tu es mon amour, ma clameur, mon bramement. Tu es mon amour, ma ceinture fléchée d'univers, ma danse carrée des quatre coins d'horizon, le rouet des écheveaux de mon espoir. Tu es ma réconciliation batailleuse, mon murmure de jours, âmes cils d'abeille, mon eau bleue de fenêtre dans les hauts vols de building. Mon amour des fontaines de haies de ronds-points de fleurs. Tu es ma chance et mon encerclement.
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7