00:00|00:00
Profil (270)
Questions/Réponses (51)

daeng daeng daeng

Suivre
Bientot 48h non stop défoncée aaaaa je deviens débile
Amsterdam c'est tellement la ville du péché
La weed d'Amsterdam :0
Cette nuit je lui ait dit combien je t'ai aimé mon Amour, et j'en ai pleuré
Il m'a glissé "je t'admire tellement"
Je sais, l'amour que j'ai pour toi touche le divin et ne faillira jamais peu importe mes efforts pour le mettre en échec
On a sacrifié notre Terre au profit du confort et de l'argent et l'Univers nous le fait savoir
Pleurez tant que vous voulez, plus rien n'est réversible
Notre Dame en feu, un message de l'univers signifiant l'abandon de Dieu, la fin des temps
Tendez l'oreille écoutez les trompettes de l'apocalypse, c'est la fin
J'ai peur, j'ai tellement peur, impossible de ne pas pleurer de terreur

Le chant des baleines
Oh oui, je préfère ne pas rendre un devoir ou un projet du tout, que le rendre en étant insatisfaite. Oui, madame la professeure, c'est ce qui explique tous mes 0, oui madame, je sais que je suis idiote, mais ne vaut-il pas mieux rien du tout qu'un travail mal fait ? J'essaye d'être moins idiote et de cesser de procrastiner, parce que bon, passer 5h sur une rédaction de 200 mots en anglais, c'est légèrement chronophage. Surtout que j'en ai rien à foutre de votre matière et de savoir écrire une page de journal en anglais. Mais je fais toujours de mon mieux, vous le savez vous même quand je rends mes travaux et que j'ai 15 ou 16. 

Oh oui, je préfère ne pas entrer en piste quand j'ai un peu trop de stress, quand tous les obstacles me font face et que je sais pertinemment que je n'ai pas le niveau pour les franchir.
un sentiment authentique qui fait briller le regard, sortir la voix, expulsant l'air malsain hors des poumons, 
celui qui chavire les coeurs, dont découlera toujours la sincérité, la pureté de l'être
comme il est beau d'être triste, mais comme c'est douloureux

fais-moi mal
cette chorégraphie me fait du mal


Des fois j'interrompts ce que je fais pour avoir une conversation à voix haute avec moi même
C'est assez chiant.
Après 6 mois dans le vent, j'ai repris rendez-vous chez un psy(chanalyste cette fois, je suis pas une pompe à médicaments)
On va voir comment elle est, celle là. Si elle me prend 15min, me dit de regarder des vidéos ésotériques qui mettent de la poudre aux yeux et me signe une ordonnance pour un traitement aux antipsychotiques ou si elle prend bien plus le temps de creuser et me donne des conseils concrets.
Amsterdam dans 2 semaines ? Allez.
Je suis allée au festival des Paradis Artificiels.

J'y ai croisé à plusieurs reprises un jeune homme, probablement de mon âge ou à peine plus vieux, au maximum 20 ans. Il semblait profiter du moment seul. 

Quand je suis sortie (à la fin du festival), ce même garçon se trouvait sur un banc en face de la sortie. Son visage était distordu dans de la souffrance, de la vraie souffrance. Une souffrance qui fait du mal à voir. Il était assis plutôt bizarrement sur le banc, et il fumait cigarettes sur cigarettes. Autour de lui, deux secouristes, qui semblaient plus le surveiller qu'autre chose. 
Mon regard se détache de lui quelques minutes, mais je ne peux pas m'empêcher de regarder de nouveau. (a y réfléchir, j'étais inquiète, je pense) Je suis surprise de constater que deux policiers avaient remplacé les deux secouristes. Et ils bougeaient pas de là. Le jeune homme était de plus en plus avachi sur le banc. 
Mon regard se détache de nouveau, mais il fut rappelé par quelques cris et paroles fortes. Le jeune homme avait tenté de se lever mais les policiers l'avaient sèchement remis sur le banc.

Puis, la personne qui devait nous ramener est arrivée et je suis partie.
Impossible de me détacher l'image de ce garcon de la tête. Mon cerveau m'inpose la pensée, et je ressens une profonde angoisse quand elles reviennent. Je ressens le froid sur ma peau, l'odeur de tabac froid et son visage déformé de douleur. 
Impossible de me sortir ce moment de la tête. Ça me hante. 
Au secours.
L'épuisement me ronge. 
Voyez ma famille comme une pille de livres pas stable
Eh bah on est en train de retirer le livre tout en bas
Tout va s'écrouler, mais en slow-motion qu'on sente notre douleur

Ce soir j'ai une soirée, je vais me foutre a l'envers, pour me faire croire que tout va bien, mais rien ne va et mes envies suicidaires sont de plus en plus lourdes a porter
Que faire quand on se sent bien ni au lycée, ni a la maison ? Je me mets où, moi ? Je n'ai que 2 heures d'équitation par semaine, 2h sur les 168h de chaque semaine, où le reste n'est qu'abattement profond et pure envie de mourir
Des fois j'ai envie de tout foutre en l'air, de dire a tout le monde d'aller se faire foutre et de me démerder seule puisque personne est en état de m'aider 
Mais je n'ai plus le courage de rien
Je suis débile et mes profs l'ont enfin vu aaah
Putain de mélodrame d'une ph(r)ase vivement la mort pour stopper les virgules et y mettre un point
Le présent toujours synonyme d'incomplet, et chaque seconde est une brique qui se pose
Et merde j'ai l'air con
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9