00:00|00:00
Profile (22)
Questions/Answers (14)

J'écoute du punk, j'ai du mal avec les gens, je suis plutôt seul, je fais des jeux vidéos, je m'instruis sur tout et n'importe quoi, j'ai plein d'histoire mais personne à qui les raconter.

Follow

Hé, je fais des vidéos sur les jeux vidéos. Parce que c'est mon métier, et du coup j'essaie d'apprendre des trucs aux gens. Enjoy, et dites moi si vous aimez bien ! (Et si c'est pas trop compliqué, j'essaie de vulgariser au mieux)
Comme je me sens seul (encore) et que j'ai besoin de lien social, je vais émuler une conversation que je pourrais dire à quelqu'un d'important, sauf que ça va être toi, d'accord ? 

Hey, je sais que je parle dans le vent, mais toi qui lit ça, là, je t'aime bien. T'as vraiment l'air d'être une bonne personne, je te jure. Je sais que parfois, tu peux penser que t'es nul(le), que tout le monde s'en fiche de toi, mais c'est pas vrai. Les gens t'estiment beaucoup, parce que t'es trop génial(e), ils ont juste trop peur de le dire.
Parce que socialement, c'est dangereux de dire des choses gentilles comme ça. C'est effrayant, on pense que ça nous rend plus vulnérable, et plus on grandis, moins on veut être vulnérable. On pense les enfants naïfs, candides, mais c'est juste nous qui devenons aigris parce que la société nous conditionne en ce sens, nos vécus nous mettent des petites claques.

Enfin, moi j'ai envie d'être naïf et candide avec toi, parce que t'es définitivement quelqu'un de bien. Alors je te le dis encore, et j'aimerais que tu l'imprime dans ton cerveau : Tu es vraiment une super personne, et je t'aime beaucoup.
Je crois que j'ai besoin d'avoir quelqu'un dans mes bras.
encore 
Vivec était porté par des rubans d'eau, qui écrivaient en rouge leurs immuables copulations. C'était un nouveau siège de la vitesse. Ses yeux se brisèrent sur les piques au-dessus de la tour, où le Fantôme du Vide accroupi regardait un tambour aux écailles de dragon, berné par son rythme.
Et il lui demanda :

- Qui es-tu, qui n'as nul besoin de signature ?

Trois au total, les robes d'Ayem s'étirèrent vers l'ourlet noir de la mémoire, dansant pour trouver prise. C'était une nouvelle tâche de course de vitesse. Et Seht portait le ventre rebondi qui donne son nom, fille de l'horloger, nageant dans la confession morte le long d'un fil centenaire, pour la Nommer, l'indévorée, un cache dorée de Véloth et de Vélothi, car où sinon auraient-ils su venir ?

- Allez là. Un monde sans roue, couvert de zéro mort, aux échos chantants, dit Seht jusqu'à ce que tout fut fini, et qu'au centre ne se trouve rien du tout.

Et le moment rouge devint un grand hurlement sans retenue, car la Maison Provisoire était en ruines. Et Vivec devint comme le verre, une lampe, car la crinière du dragon avait éclaté, et la lune rouge l'appelait.

- Le signe de la royauté n'est pas cela, lui apprit un signal (féminin) décalé vers le bleu. L'on n'apprend aucune juste leçon seul.

Il refusa le brin de son chalut, courroucé qu'un peuple interrompu ne puisse retrouver sa plénitude par la recherche, et pourtant soit torturé dans son esprit par la fuite. Mais les signaux masculins s'indignaient, et Vivec prit une forme de combat, annonçant à l'ALMSIVI que par la guerre, ils devenaient des épouses de verre, qu'aucun pouvoir ne pouvait observer.
La lumière ploya, et Vivec revêtit une cuirasse de laques de joyaux rouges, et un masque qui le marquait comme né dans les terres des Hommes. Roulant, il se répandit en un baume insectile, porté sur le cou de ses bulbes d'hist lors des défis. Il rugit, et fit manger ses doigts par des fantômes de mammouths. Les signaux embrasés se demandèrent s'ils avaient tort de prendre cela pour une reddition, car Vivec avait annoncé au vide qu'il pourrait apprendre à tout déconstruire.
La lumière ploya, et quelque part, une histoire fut enfin défaite. Vivec en retint le rire des netchiers de son village lorsque la chasse était bonne. Il marcha avec son père dans la cendre, renforcé dans les hameçons et les voiles, capable de pousser une jonque dans la cendre. À onze ans, il chanta pour un khan des cendres. Il tomba malade après le Mont écarlate, avec sang de nix et fièvre, et resta cent ans infirme.

Sa mère lui survécut, et étendit son corps sur l'autel de Padhome. Elle lui donna sa peau, à porter dans l'autre monde. La lumière ploya, et Vivec s'éveilla, et sentit les crocs lui pousser, incapable de se transformer en objets qui ploie. C'était une nouvelle promesse lunaire. Et par sa Morsure elle creusa vers le haut puis le bas, tandis que son frère et sa soeur se répandaient sur les cieux, de fines fractures de dissension, de la nourriture aux scarabées et pour le Ver.
Elle prit son peuple pour les mettre à l'abri, et s'assit avec Azura pour dessiner le portrait de son mari dans la terre.

- Car j'ai retiré ma main gauche et ma droite, dira-t-il, expliqua-t-elle. Car ainsi les vaincrai-je. Qui aime seul ne connaît que les erreurs du sel.

L'articulation des mots est AMARANTH.
Je me sens vraiment bizarre (mais c'est bien)
In the dark, the head was silent for all eternity.
Erased from memory, reflecting his desires to roam the world; to travel from sky to sky; to make his mark in time.

Immortal travesty, erased from history. In the end, he closed his eyes and gave himself to dreams.
Putain mais Devilman Crybaby c'est trop nihiliste, beaucoup trop.
Je m'aime pas et je suis triste, du coup je foire tout avec elle.
Oh putain elle est géniale, je suis amoureux et admiratif d'elle, c'est la première fois que ça me fait ça, j'ai peur.
Je suis tellement inintéressant comme type 
Encore une fois je me réveille triste et tout seul ahahahahahahaah
Alors, moi aussi je trouvais que le bouquin était passéiste, presque dangereux et pas mal idiot, mais je pense que ça l'est encore plus de censurer et de faire pression sur un auteur en l'interdisant de faire ce qu'il veut. Au bout d'un moment faut savoir, vous prônez la liberté, ou juste celle qui vous plait ?  


Oh putain, c'est du génie. C'est tellement bien. Je meurs tellement c'est bien.
Tu vois, le problème, c'est que la plupart des gens ne réagissent pas avec leur cerveau, leur culture, avec philosophie, logique, cœur, ou morale. Non, ils réagissent avec une impulsivité animale. Avec une haine à toute épreuve.

La haine, c'est quand même bien plus facile. C'est clair que, réfléchir, penser la politique, ça fait mal à la tête. Mieux vaut atomiser son voisin qui nous gêne par sa simple présence, plutôt qu'essayer de l'aider. Ben oui, les étrangers peuvent copier notre moralité et nos valeurs, que nous ne respectons pas nous-même, visiter notre pays, mais sûrement pas y rester.

Le plus drôle, c'est d'aujourd'hui voir des gens s'offusquer de la présidence de Trump, mais qui, il y a quelque mois, criaient pour le meurtre (parce que oui, tuer des criminels c'est quand même du meurtre) des terroristes et des syriens, afin de venger les personnes mortes à Nice.

Vous savez quoi ? Votre logique haineuse, revancharde et stupide, c'est la même que celle contre laquelle vous vous offusquez. Vous n'êtes pas pour la paix, et vous ne promotionnerez pas la paix, tant que vous agirez avec haine.

Vous êtes l'unique raison pour laquelle des gens comme Trump, Lepen, Poutine, peuvent prétendre au pouvoir. (Enfin, Poutine y'a aussi la mafia derrière..)

C'est VOUS, qui décidez de leur donner ce pouvoir. C'est vous qui partagez leurs valeurs meurtrières. Par pitiez, apprenez. Cultivez-vous, soyez curieux. Ne vous laissez pas contrôler par des gens que vous jugez plus intelligents que vous.
Vous pouvez l'être bien plus qu'eux.
"À choisir entre deux maux, je préfère ne pas choisir du tout."
- Geralt de Riv, et moi au second tour des présidentielles 2017.
Notre espèce aime célébrer l'histoire avec un grand H, rédiger, commémorer, organiser, systématiser. Nous remplissons d'épais volumes à sa gloire, nous l'écrivons sur des parchemin, nous immortalisons les faits et gestes de la race humaine par des chants et les balades. 

Les racines de cette passion sont à rechercher dans notre passé lointain, lorsque notre espèce était encore jeune. Peu importe l'époque, le lieu ou le groupe culturel, une fois que nous avons dépassé le stade où nous nous fracassions mutuellement le crâne avec une mâchoire de cheval attachée à un bâton, nous avons commencé à examiner avidement les meilleurs moyens pour immortaliser ce fait, tant pour en tirer gloire que pour éviter que nos descendants ne l'oublient. 

Voilà qui explique peut-être pourquoi l'histoire de l'humanité est intimement liée à celle de ses guerres et de ses conquêtes.
Complain about everything in my life and blame everybody I know.
 I make every decision laced in panic.
Regrettable, but I know it’s amendable 
Everyone wants people they like to be right, that's why popular people are fucking dumb.
Je ne pense pas qu'être honnête ouvre plus de portes que de dire les choses que les autres veulent entendre. 

En étant honnête, tu gagneras plus facilement la confiance des gens, j'imagine. Le truc, c'est que je ne suis pas doué en relations sociales, et je manipule parfois.
Néanmoins, beaucoup de gens ont une mauvaise image de la manipulation, au contraire, je pense qu'on peut manipuler les gens pour les aider à aller mieux, ou à se voir mieux. 

J'ai un peu digressé, mais pour en revenir, "l'honnêteté" fait parti pour moi des valeurs un peu bêtes, comme "l'honneur". 

L'honneur, ça fait bien seulement quand c'est écrit sur la pierre tombale.
1 | 2