00:00|00:00
Profil (293)
Questions/Réponses (21)

Foutoir de pensées vides.

Suivre
Bon. Et bien, il n'y a pas mieux pour avoir envie de gerber que de revoir leurs deux sales gueules. Au moins, c'est ça de passé, peut-être que ça sera moins difficile dans 2 semaines - et heureusement, parce que là j'en ai chier. 
Tu n'es qu'un gros fils de pute, un connard sans race. 
Et elle, ah, elle, j'en ferai de la patté pour mon chat - quoique je n'aimerais pas que cela l'empoisonne.  
J'ai envie de pleurer, et de errer seule dans cette forêt sombre et froide qui se trouve à côté de chez moi. Être de nouveau assise sur mon petit arbre rompu, blessé comme je le suis.
Ne me dites pas que je replonge dans une de ces mauvaises phases, pitié... 
Tu recommences à me manquer. Une fois par mois, ça revient. De moins en moins fort à chaque fois - excepté le mois prochain, là je pense que je vais me prendre une grosse claque en recroisant ton regard. Mais pour le moment, en cet instant présent, tu ne me hantes presque plus. Enfin, façon de parler, je suppose. Tu es quand même chaque nuit dans mes rêves, chaque jour, à chaque heure dans ma tête. Je ressens ce besoin de penser à toi, mais... C'est comme si... comme si j'avais accepté, enfin, que tu sois parti, en quelques sortes... je crois. Il faut qu'on parle. 
Ça fait longtemps, de nouveau... J'en ressens moins l'envie, un peu toujours, mais moins. 
Je te demande une jolie discussion sous les yeux réconfortants des étoiles. 
Peut-être qu'il avait raison au fond... Peut-être que je suis "juste un corps, un beau corps, mais vide". Apparemment elle aussi l'avait dit, dans ce fichu endroit de malheur où ils ont essayé de me rendre dingue. Je ne le savais pas, je l'ai appris récemment, qu'ils pensaient eux aussi, que j'étais "vide". Je ne sais plus trop quoi penser, moi. Combien de choses m'a-t-on cachées ? J'ai appris aussi cet été que mon père avait eu un accident. Suis-je vraiment si fragile, pour que l'on en vienne à me cacher tant de choses ? Ils ont peut-être peur de briser une coquille "vide". Ridicule. Qui aurait peur de briser une chose si futile ? Ce genre de chose que l'on ne remarquerait même pas au milieu d'une plage déserte... Je suis "vide" alors, c'est bien ça..? Dois-je pleurer ? Je ne sais même pas. "Cette gosse ne sait jamais rien de toute façon", comme disait mon grand-père. C'est tellement triste de n'être rien.  
quickly
J'ai laissé mes petites larmes salées sortir à la vue d'autre chose que les murs de ma chambre, ce soir.

Je me suis effondrée devant ma mère, en parlant de la salope qui m'a arraché le seul bonheur qui m'avait été accordé. C'est fou comme mes larmes et mes envies de meurtre arrivent vite quand je parle de c'te connasse. J'lui ferai la peau un jour, promis
Eh, la fâcheuse impression que ma mémoire part en lambeaux dernièrement. Pourquoi ?
Elle m'avait tellement manqué, cette jeune fille aux cheveux dorés... 
Ça fait un bien fou de repasser un peu de temps en sa compagnie. 
O.
Pourquoi j'ai encore la nausée, là ? Moi qui pensais que c'était fini... 
Je ne me suis même pas saoulée pour la soirée de mes 18 ans.
Mais j'ai eu mieux. 
Ce tendre et somptueux baiser ne sort pas de ma tête, je me laisse bercer par la douce illusion de le retrouver un jour.
Je me sens libérée, comme si j'avais brisé une bonne partie de ces chaînes qui me retiennent au passé. 

Ce soir il était beau, si beau, ce jeune homme qui avait un rire si particulier. Il m'a prise contre lui, et m'a embrassé passionnément, comme tu ne le faisais plus. C'est la première fois que je me perds ainsi dans les bras d'un autre que toi. J'ai encore la sensation de sa peau si douce sous les caresses de mes mains maladroites, je revois encore son regard si perçant, et ce sourire.. qui pourrait me faire tomber 10 000 fois de plus sous son charme. Une créature magnifique, contre laquelle je me serais bien blottie d'autres fois ! 

Un jeune scout, qui repartira à l'aube vers un autre horizon, d'où je ne le reverrai jamais. 
Un joli coup de foudre, V. 
J'ai vomi aujourd'hui.
Malgré ma légère émétophobie, il fallait bien que cela arrive entre toutes ces fichues nausées... 
La nuit dernière mon rêve était étrange. 

J'ai l'habitude de rêver de toi, je crois que tu occupes mon esprit toutes les nuits en fait. Ça me dérange, certes, mais pas autant que cette dernière fois. Cette fois-ci, je rêvais.. comme au temps où nous étions encore ensemble.. mon esprit, mon corps, tout de moi, fonctionnait comme il y a 5 mois en arrière. Pas dans mon rêve non, non, dans cette stupide réalité. 
Pourquoi ?

Quand je m'en suis aperçue, encore en plein songe, mes yeux se sont ouverts dans un sursaut de... ...je ne sais même pas décrire cette sensation. Je n'ai pas pu comprendre de suite, j'étais perdue, l'espace de quelques secondes, vraiment perdue. J'ai eu envie de vomir. Et j'avais peur, de moi, de ce que mon esprit est capable de faire. Je ne veux pas que ça recommence. Je ne peux plus dormir. J'ai peur.
Est-ce normal d'avoir envie de retourner en enfer ?
Je ne comprends pas.
Et je commence une nouvelle année de ma petite vie...

J'aurais aimé que tu sois là, que tu te manifeste... J'ai espéré ça toute la journée, comme un petit enfant qui attend son cadeau avec impatience. Mais au final je ne suis pas si étonné de voir que même ton ombre ne pointerait pas le bout de son nez en ma direction. 
Tu reste invisible. Pour toujours, j'ai bien peur. 
"En réalité faut que je t'avoue franchement que tu es une personne qui a piqué ma curiosité, c'est la première fois que quelqu'un m'intrigue comme ça."
...
Si tu savais mon gars... Si tu savais dans quoi tu te lances. C'est pas pour rien que de nombreux membres de ma famille m'ont rejeté avant mes 2 ans, ahah. 
Je dis toujours que je ne regrette rien de ce que j'ai pu faire dans ma vie. Ce soir il y a tout de même une chose qui me laisse un goût amer. L'impression d'avoir été trop bête, d'avoir été plus que maladroite avec mon ex. 

C'est marrant, je viens de me rendre compte que j'arrivais enfin à le nommer "mon ex"... Il m'aura fallu tout de même 5 mois avant d'y parvenir. 

Il y avait un couple ce soir, à cette petite soirée entre pote. Il y avait un couple qui n'arrêtait pas de nous cracher leur amour à la gueule. J'ai passé 4h à supporter leur niaiserie débile. Et je n'ai pas dit un seul mot, je me suis contenté de dévisager cette petite bourge qui pétait plus haut que son cul. J'étais mal. Je viens de rentrer. Et je vois que mon ex bois, encore et toujours, il se saoule sûrement souvent. Et je suis pareille de mon côté, je bois tous les soirs. Qu'est-ce qu'on a pu être con... 
Qu'est-ce que j'ai pu être conne.
Je ne sais pas si je serai capable d'aimer à nouveau... Je suis nocive, j'crois bien. 

3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11