00:00|00:00
Profil (428)
Questions/Réponses (241)

cb.qjzgp.ydumj,bv C’est pas des idées, c’est pas des idées, c’est des petites bêtes.

Suivre
Le jour te ressemble trop et la nuit a ton odeur.
« Vous reconnaîtrez toujours les criminels à leurs bijoux immenses. Rappelez-vous bien qu’il n’y a pas de mort : il n’y a que des sens retournables. »
Timonières, comètes violette et rouges, timonières du bateau fantôme où guidez-vous votre carguaison de putains et de squelettes dont le superbe accouplement apporte aux régions que vous traversez le réconfort de l’amour éternel ?
Dans le sommeil de Rrose Sélavy il y a un nain sorti d'un puit qui vient manger son pain la nuit.
Monsieur Gide, où en sommes-nous avec le temps ?
Et pourtant j’en puis croire mes yeux, mes oreilles ; ce beau jour est venu, cette bête a parlé
3´´ L’esprit de l’homme qui rêve se satisfait pleinement de ce qui lui arrive. L’angoissante question de la possibilité ne se pose plus. Tue, vole plus vite, aime tant qu’il te plaira. Et si tu meurs, n’es-tu pas certain de te réveiller d’entre les morts ? Laisse-toi conduire, les événements ne souffrent pas que tu les diffères. Tu n’as pas de nom. La facilité de tout est inappréciable. 
Je connais cette île par cœur, et les montagnes électriques qui y mènent ; je connais les pierres précieuses et les secrets des plages
Je me suis brulé le bout des doigts
Comme quand on était enfants
Quand bunker bunker et pâtes au thon
Châteaux fort et nuits d'espions
Car j’ai trop espéré en vain l’hématidrose
Et moi aussi de près je suis sombre et terne
Lui les Hébreux moi Pharaon
Les faibles entreront peut-être au royaume des Cieux, mais pas à Harvard, si tu vois ce que je veux dire. 
Je cherche le parfait étendard des choses inconnaissables. 
Mon ami douloureux près de qui mon cœur se déchire et loin de qui je meurs, de tout ce que je te disais tantôt, n’écoute rien que ce qui te racontait mon amour. 
Les paroles font des allers-retours entre les âmes et on se les échange ici plutôt qu'ailleurs comme une petite collection de pensées dans du formol.
Combien de poèmes j’assassinerai encore à tes pieds, putain ?
Les pendus sont décidément des Muses pour écrivains.
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7