00:00|00:00
Profil (511)
Questions/Réponses (254)

cb.qjzgp.ydumj,bv C’est pas des idées, c’est pas des idées, c’est des petites bêtes.

Suivre
"Après tout"
Si les fleurs étaient en verre
Belle, belle comme une fleur de verre
Belle comme une fleur de chair
Que de fois, levé de très bonne heure pour étudier ou pour lire, j’ai moi même rétabli ces oreillers fripés, ces couvertures en désordre, évidences presque obscènes de nos rencontres avec le néant, preuves que chaque nuit nous ne sommes déjà plus ...
[...] la chair elle-même, cet instrument de muscles, de sang, et d’épiderme, ce rouge nuage dont l’âme est l’éclair. 
Ô Lord
quel crime insoupçonné et quelle douleur sobre végétale
sauront un jour de saphir apaiser mes monstrueux désirs
mes monstrueux désirs de ciel corrosif
d’homme traqué par les morsures sépias des violentes idoles
pendant que sa vie s’émiette sous la pluie courante des tentations
aveugle aux conjurations de charme ces pains d’illusion quotidienne 
sur le parvis du sommeil aux laiteuses incertitudes de larves
où lentement s’écoulent les sucs de nos doctrines de mort et d’inspiration
subterfuges crachats d’anges collantes graisses de méduses
excrément de la mer vengeresse
j’entends encore la scie à nuages
et sur la tempe du monde appuie les lèvres de revolver
les nombres sont alors des anges distillés dans les soubresauts des veines accélérées 
Combien d’aiguilles avalerons-nous
en nous rit l’abîme 
que nulle mesure n’entame 
que nulle voix ne s’aventure à éclairer 
me cognant aux frontières des jours gantés de blanc
tes lèvres me sont gîte étincelant quand le crépuscule met sa signature
au bas du jour la page qui a tant vu ri et souffert 
Ce fut la fin, il devint bègue du coeur et confondit tout, le désespoir et le mal de foie, la Bible et les chants de Maldoror, Dieu et Dieu, l'encre et le foutre, les barricades et le divan de Madame Sabatier, le marquis de Sade et Jean Lorrain, la Révolution Russe et la révolution surréaliste.
réveil à la limite des bouts de phrases suspectes
réveil limite j’entre dans le jour le sommeil à l’envers 
Mytho-création 
je jette l’ancre du sommeil désordonné dans l’âme si familièrement vagissante d’incantations
et les lamentations nuitamment éclaircies dans l’alambic des mensonges
mendient à l’équipage dément la trêve du regret errant 
les belles cages dans les bocages
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6